Mon intérêt combiné pour les plantes, les textiles et les arts visuels m'a tranquillement amenée à créer des œuvres murales à partir de tissus que je teins et imprime avec des végétaux. Je m'inspire et m'approvisionne beaucoup dans la nature en essayant de rester au plus près des éléments que je peux directement y chercher. J'aime le rythme que cette démarche m'impose : la lenteur, le temps de prendre le temps. Une part importante de mon attachement à cette technique est liée à son empreinte moins grande sur la nature. Même s'il est impossible d'éliminer totalement notre impact sur l'environnement, l'idée de travailler plus en harmonie avec la nature me fait du bien. J'utilise avec gratitude ce qu'elle laisse généreusement à ma disposition, en la respectant le mieux possible.
Mes premiers souvenirs se rapportant à la couture sont faits de pots de boutons, de chutes de tissus, la pédale de la machine à coudre. De ma mère cousant, tricotant, reprisant. De l'amour du travail bien fait, de la patience qu'il faut pour y parenir, de l'utilisation des ressources disponibles et de la satisfaction du résultat final. C'est l'héritage de ma mère! Fabriquer une poupée me permet d'utliser plusieurs techniques que j'ai apprises au fil des années : le crochet, le perlage, les appliqués et le feutrage. Elle me permet d'explorer mon amour pour les textiles en recherchant la bonne combinaison de couleurs, un bel équilibre des textures, la juste proportion des éléments décoratifs. Je m'inspire de tissus, de dentelles, de petits objets, petites breloques que j'accumule depuis bientôt 35 ans. J'affectionne particulièrement le monde fantaisiste des sirènes, fées, lutins et anges et je suis comblée lorsque les gens s'arrêtent pour regarder mes poupées, s'approchent pour les regarder de plus près, s'interrogent et sourient.
J'ai longtemps fait de la photographie, puis de l'aquarelle. J'ai commencé il y a une vingtaine d'années, à introduire des fibres textiles dans mes aquarelles (soies, laines, poils de yaks ou de chameau, etc.). Puis ai eu envie de "peindre" avec des fibres, arrivant ainsi au feutre de laine, aux teintures avec des plantes et à l'impression sur les textiles. J'utilise aussi parfois des broderies. Le frottement des fibres permet aux écailles microscopiques de la laine de s'ouvrir et de s'amalgamer les unes aux autres pour former le feutre, un tissu souple et chaud. On peut aussi feutrer ensemble la laine et d'autres tissus (lin, coton, soies); on parle alors de feutre nuno. Ma préférence va aux soies et à la mousseline de soie (aussi appelée chiffon de soie en Amérique du Nord). J'aime faire se cotoyer des matières, des formes et des couleurs inattendues. Le résultat peut se traduire par des foulards, des chapeaux ou des sculptures en feutre. Jouer avec les fibres et les couleurs m'apporte le calme, la paix, le contact avec la beauté du monde.
Le dessin et la peinture ont toujours occupé une place importante dans ma vie et je me consacre à l'art à plein temps depuis plusieurs années. Je peins à l'aquarelle et à l'acrylique des images inspirées des lieux et des rencontres qui me marquent. Avec la fibre et les textiles j'aime aussi travailler dans la troisième dimension pour explorer les textures et les transparences.